The Voices

(c) Le Pacte

(c) Le Pacte

 

 

 

 

 

 

HILARANT, PERTURBANT, TOUCHANT, JOYEUX

De :  Marjane Satrapi
Avec :  Ryan reynolds, Gemma Arterton, Anna Kendrick. Sortie : le 11 mars 2015

Lauréat au dernier Etrange festival de Paris et à Gérardmer, The Voices est le 4e film de Marjane Satrapi. Et avec ce thriller comique, nous sommes assez loin du film qui l’a faite connaître, Persepolis. En effet, il est question ici de Jimmy, un jeune homme un peu simple qui vit dans la bourgade jolie et presque parfaite de Milton. Il y travaille dans une fabrique de baignoire avec un entrain assez rare, une jovialité qui lui est propre. Et tous les soirs, lorsqu’il rentre à son appartement, il retrouve son chat, Mr Moustache, et son chien, Bosco, qui parlent. Oui, ils parlent.

De plus, Jimmy est fou amoureux de Fiona, la jeune et pulpeuse secrétaire venue d’Angleterre. Et il va tout faire pour la séduire. Tout est banal et plutôt ravissant pour Jimmy. Du moins, tant qu’il prend ses médicaments. Car Jimmy a un côté sombre et mène une lutte acharnée pour ne pas s’y laisser attirer, déchiré entre son chat néfaste et son chien angélique. Pour la réalisatrice, c’est un nouvel univers que celui de The Voices : un pur film de genre teinté d’un humour noir particulièrement corrosif.

Comédie acide, The Voices permet aussi à Ryan Reynolds, plus connu pour ses rôles dans les films de super-héros ou de gros bras, de se montrer beaucoup plus fragile, mais aussi subtil. On le retrouve finalement assez proche de la qualité de jeu qu’il avait déployé dans Buried, film concept où l’on ne voyait que l’acteur enfermé dans un cercueil, essayer de s’en échapper tout en faisant face à l’inanité, par téléphone, de l’administration américaine.

A ses côtés, un casting all-stars de jolies et talentueuses actrices comme la ravissante Gemma Arterton, récemment vue dans Gemma Bovery et la joyeuse Anna Kendrick, croisée en princesse dans Into the woods en janvier dernier. Mais en plus d’un casting alléchant, The Voices est servi par un scénario sur le fil, jouant sans cesse de l’ambiguïté du personnage, parfois charmant benêt touchant, parfois meurtrier psychopathe. Un film comme un trip joyeux aux tréfonds d’un esprit dérangé.

Coup de cœur attribué par Perrine.

On a aussi aimé :  Chappie (4 mars) : le nouveau film du talentueux Neill Blomkamp, réalisateur de District 9. Big Eyes (18 mars) : Tim Burton quitte Disney et Johnny Depp pour offrir un nouveau regard sur son cinéma. Hacker (18 mars) : Un Michael Mann, ça se fête non ? Dear White People (25 mars) : Comment être noir dans un monde de blancs ? La réponse avec classe et chic en 1h45.