Big Sun

chassol-BIGSUN-WEB 

 

 

 

 

SOLEIL, ANNÉES 70, BANDE ORIGINALE, ARTY

Avec son rayonnant quatrième album, Christophe Chassol opère un retour sur la terre de ses ancêtres. En Martinique, où, enfant, il accompagnait ses parents, natifs tous deux de Rivière-Pilote, au sud de l’île. Un terrain d’élection approprié pour clore sa trilogie d’ultrascores commencée à la Nouvelle-Orléans créole (Nola Chérie, 2011) et poursuivie en Inde (Indiamore, 2013). Ultrascores ? Un concept singulier dont Chassol est l’inventeur et avec lequel il entreprend d’harmoniser le réel, la vie, le monde, ce qu’il rencontre, ce qui lui parle. Harmonie des rythmiques calées sur des images, synchronisation des motifs, entre instruments joués et fragments de discours ou de nature, enregistrés au hasard des périples, c’est à une voyage intime et poétique qu’invite le pianiste, compositeur et chef d’orchestre parisien de 37 ans. Ses bandes sons, ce collaborateur de Phoenix et de Sébastien Tellier les compose comme des odes à la liberté, qui doivent autant à Debussy, aux musiques de film des années 70 qu’à la modernité du raggamuffin ou de l’electro. Un bel alliage de matières sonores et visuelles, une musique calée sur les images d’un film réalisé par la réalisatrice Marie-France Barrier, le tout composant un véritable osvni (objet sonore et visuel non identifié) qui donne à écouter autant qu’à regarder. Reste à encourager la démarche singulière et captivante de cet artiste virtuose. Bienvenue dans le monde selon Chassol.

Ce coup de cœur est attribué par Alexis.

On a aussi aimé :
Avec le printemps fleurit la collecte des nouveautés. À guetter ce mois-ci : les orchestrations country soul, complexes et luxuriantes, du hipster Matthew E. White, composées pour lui-même (Fresh Blood), ou produites pour sa muse Natalie Prass (l’album Natalie Prass), le charme canaille et sauvageon de la rockeuse australienne Courtney Barnett (Sometimes I Sit and Think, and Sometimes I Just Sit), et le soft rock façon Elton John / Randy Newman millésimés 70’s de la nouvelle sensation canadienne, le pianiste Tobias Jesso Jr (Goon).