Qu’est-ce que le repas gastronomique des Français ?

Le-repas-gastronomique-des-Français-Le-déjeuner-des-canotiers

Le déjeuner des canotiers, Auguste Renoir (1880-1881)

Février 2015

L’inscription du repas gastronomique des Français au patrimoine immatériel de l’Unesco en novembre 2010 est un fait majeur de notre histoire culinaire et gastronomique. Elle couronne à la fois des savoirs et des savoir-faire qui se transmettent depuis des siècles et la continuité d’une culture qui se révèle être une part importante de notre identité. C’est une histoire qui prend ses sources au Moyen Âge, où commencent à se développer des usages qui donneront peu à peu « un sentiment d’appartenance et de continuité ».

C’est aussi la diffusion d’une civilité gourmande dont les us et coutumes toucheront toutes les couches de la société et perdureront jusqu’à notre époque. La mise en place, dans le courant du XIXe siècle, du service à la russe, où les plats sont présentés les uns après les autres, et la disparition progressive du service à la française, où les plats étaient présentés en même temps sur la table, contribue à structurer le repas français tel que nous le connaissons aujourd’hui, avec l’entrée, le plat de résistance, le fromage et le dessert.

Festin du roi en 1633

Festin du roi en 1633

Le repas est un élément important de la culture française, comme en témoigne l’écrivain roumain Cioran en 1995 : « A Paris, je me suis rendu compte que manger est un rituel, un acte de civilisation, presque une prise de position philosophique ». Des enquêtes récentes confirment que « le modèle alimentaire français reste une véritable institution malgré les contraintes liées au monde du travail, à la crise du modèle familial traditionnel et à la simplification des repas constatée depuis de nombreuses années ». La majorité d’entre nous prenons trois principaux repas par jour à heures relativement fixes avec un maximum entre 12 heures et 13h30 pour le déjeuner, entre 19 heures et 20h30 pour le dîner, et entre 7 heures et 8h30 pour le petit-déjeuner.

Cette régularité de la prise de nourriture étonne beaucoup à l’étranger, notamment aux Etats-Unis. Mais manger en France est une affaire sérieuse et une question de convivialité. 80 % des repas sont pris en compagnie, c’est-à-dire avec des membres de sa famille, des collègues, des amis, etc. D’une certaine façon, la convivialité conforte la prise des repas à des moments réguliers de la journée : manger ensemble demande en effet un minimum de règle et de savoir vivre – des éléments essentiels de la culture française.

Du repas festif au repas gastronomique, il n’y a qu’un pas qui sera rapidement franchi. Car faire bombance est une pratique ancienne qui marque les grands moments de la vie. Plusieurs enquêtes de la fin des années 2000 montrent que les Français considèrent le bien manger « comme un art de vivre à table ». Pour eux la gastronomie est un « emblème national », une culture commune à tous, et une « pratique populaire », dont les chefs seraient les « ambassadeurs ». Ils considèrent que la gastronomie fait partie de leur patrimoine et de leur identité. 83 % d’entre eux, pensent que le repas gastronomique est « une culture dont tous les Français sont porteurs » et moins « une affaire de grand chef ». Pour les sondés, le repas gastronomique se caractérise par le plaisir, la convivialité, « le choix des produits de qualité », « la réalisation de recettes différentes du quotidien », sans oublier la présentation de la table, et bien d’autres choses encore.

(c) Astérix

(c) Astérix

La sociabilité, la commensalité (qui est le fait de partager un repas à plusieurs) et la convivialité à table se retrouvent bien sûr dans le repas gastronomique qui est un continuum du repas quotidien, mais avec des plats plus élaborés, une table qui prend des atours de fête, un choix de vins s’accordant aux mets présentés, et une durée plus longue que le repas quotidien. C’est aussi tout une mise en œuvre du discours gastronomique, des arts de la table et de la cuisine.

Dans le dossier de candidature de la France pour l’inscription sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’Unesco, le « repas gastronomique des Français » est présenté

comme « une pratique sociale coutumière destinée à célébrer les moments les plus importants de la vie des individus et des groupes (naissances, mariages, anniversaires, succès, retrouvailles). C’est un repas festif réunissant des convives qui pratiquent ensemble, pour cette occasion particulière, « l’art de bien manger et de bien boire ». Cette pratique, très populaire et familière à tous les Français, se développe en France depuis des siècles. Elle se transmet et évolue en permanence. »

Pour la première fois, l’Unesco reconnaissait les pratiques alimentaires et culinaires comme patrimoine mondial, ouvrant la voie à d’autres pays. La cuisine traditionnelle mexicaine de l’Etat du Michoacàn et d’autres communautés de l’intérieur du pays, la « diète méditerranéenne » soutenue par l’Espagne, la Grèce, l’Italie et le Maroc, ont été inscrites par l’Unesco en même temps que le « repas gastronomique des Français » ; montrant ainsi l’universalité culturelle de la table et de la cuisine.

Le repas gastronomique des FrançaisA lire :

Le repas gastronomique des Français, bimensuel TDC, n° 1064, 15 novembre 2013. Manger. Français, Européens et Américains face à l’alimentation de Claude Fischler et Estelle Masson (Odile Jacob). Physiologie du goût de Brillat-Savarin.

Sur le net :

Le repas gastronomique des Français, l’article consacré au sujet sur le site internet de l’Unesco. La mission française du patrimoine et des cultures alimentaires, le site date un peu sans doute mais le contenu est toujours intéressant.