Homer Simpson

2014-12-Homer_Simpson_2006-WEBDécembre 2014

Pour finir l’année en douceur, on s’amuse avec la caricature du beauf US (voire universel ?) qui fête le 17 décembre le 25ème anniversaire de sa première apparition télé.

« Tais-toi le cerveau ou je te tue avec un coton tige ! »

« Me mangez pas, j’ai une femme et des gosses ! Mangez-les ! »

« Si tu te mets en colère à chaque fois que je fais une connerie, j’ai plus qu’à m’arrêter d’faire des conneries alors ! »

« Ouais, mais dans le mot déshonoré il y a honoré, c’est ça l’important ! »

« Les bonnes choses ne finissent pas en « um » comme « museum », elles finissent en « or » comme « côte de porc.  » »

« Pas mes jambes, je m’en sers tout le temps, défonce moi plutôt le crâne ! »

« Je vous promets toujours des tas de choses, c’est ce qui fait de moi un si bon père. »

« C’est fini, j’me réjouirai plus à l’avance de n’importe quoi…oh punaise ! Demain ils vendent deux tabourets de piano pour le prix d’un ! J’suis impatient ! Ouh ! »

« Il faut être deux pour mentir. Un pour mentir et l’autre pour écouter. »

« Je ne suis pas en état de conduire… Attends ! Je ne devrais pas m’écouter, je suis ivre ! »

« Comment l’éducation est-elle censée me faire sentir plus intelligent ? D’ailleurs, chaque fois que j’apprends quelque chose de nouveau, ça dégage de vieux trucs de mon cerveau. Rappelez-vous quand j’ai pris ce cours de vinification maison et que j’ai oublié comment conduire. »

« Si quelque chose est difficile à faire, alors ce n’est pas la peine de le faire. »

« Essayer, c’est la première étape vers l’échec. »

« Si quelque chose va mal dans l’usine, blâme le gars qui ne parle pas anglais. »

« Fils, si tu veux vraiment quelque chose dans cette vie, tu dois travailler pour l’avoir. Maintenant silence ! Ils sont sur le point d’annoncer les numéros de loterie. »

« Je pense que le patron est venu me chercher pour la motivation. Tout le monde doit travailler beaucoup plus dur quand je suis dans le coin. »

« Lisa, si tu n’aimes pas ton travail, ne fais pas la grève. Tu y vas simplement tous les jours et tu fais ton boulot foireux. C’est la manière américaine. »