Hokusai

2014-12-Hokusai-WEB

 

 

 

 

PIVOINES EN FLEUR ET AUTRES IMAGES DU MONDE FLOTTANT

« Le vieillard fou de dessins ». Ainsi se définissait Katsushika Hokusai (1760-1849) à l’âge de soixante-quinze ans. Le plus célèbre des artistes japonais, dont la Grande vague (1830) est l’une des icônes de l’histoire de l’art, est fêté au Grand Palais, qui présente un ensemble exceptionnel d’estampes, de dessins, de peintures et de carnets : en tout 550 œuvres, qui pour la plupart ont fait le voyage depuis le musée Ota de Tokyo, qu’elles ne devraient plus quitter à partir de 2015. Le début de l’exposition rappelle que c’est presque par accident que l’Occident découvrit ce maître de l’estampe : en 1856, Félix Bracquemond déniche par hasard chez son imprimeur un petit livre rouge qui avait servi de cale pour protéger dans le bateau des porcelaines en provenance du Japon ! Cette découverte sera capitale pour les artistes de la deuxième moitié du XIXème siècle, notamment Monet, Van Gogh, Renoir ou Klimt. Dans la pénombre nécessaire à la préservation des précieux papiers, et au rythme des noms successifs que choisit l’artiste, on déambule dans un monde de théâtres et de restaurants, de geishas et de papillons qui se posent sur des fleurs délicates… Hokusai a tout dessiné, à tel point qu’il a constitué un recueil, la Manga, véritable encyclopédie visuelle dont quinze volumes ont été publiés avec un grand succès de son vivant. Pour mémoire, étymologiquement le mot manga est composé de ga qui désigne la représentation graphique et de man qui signifie « involontaire », « au fil de l’idée »… Autrement dit un manga est un « dessin au trait libre » ou encore une « esquisse au gré de la fantaisie ». La salle la plus spectaculaire est sans doute celle consacrée à l’ukiyo-e, ce type d’estampes très particulier qui offre des « images du monde flottant ». On se laisserait bien égarer parmi les Trente-six vues du Mont Fuji, engloutir par des cascades ou submerger par la célèbre Grande vague dont le pouvoir de fascination reste intact.

Coup de cœur attribué par Youri François

 

Quand : jusqu’au 18 janvier

Où : Grand Palais, entrée Clémenceau, place Clemenceau, Paris 8ème, renseignements et achat des billets sur www.grandpalais.fr ou par téléphone au 01 44 13 17 17. Catalogue, éditions RMN, 416 pages, 580 illustrations, 50€ : cher mais très beau.

On a aussi aimé : À la toujours excellente Maison Rouge – Fondation Antoine de Galbert (Paris XIIème), la superbe exposition d’art brut Bruno Decharme Art brut/collection abcd jusqu’au 18 janvier. Au Louvre, Le Maroc médiéval. Un Empire de l’Afrique à l’Espagne, jusqu’au 15 janvier. Enfin la sulfureuse exposition du Musée d’Orsay, Sade. Attaquer le soleil, jusqu’au 25 janvier.