François Truffaut

François Truffaut dans La Chambre verte, 1978

François Truffaut dans La Chambre verte, 1978 Photographie Dominique Le Rigoleur © Dominique Le Rigoleur.

Octobre 2014

François Truffaut , celui qui a su allier succès populaire et succès critique savait également manier la langue pour dire de belles choses sur le cinéma, la vie et, bien sûr, les femmes. Il est triplement à l’honneur en octobre chez Rayon de Culture, avec les citations du mois, mais aussi le portrait et l’activité culturelle (expo Truffaut à La Cinémathèque).

« Les jambes des femmes sont des compas qui arpentent le globe terrestre en tout sens, lui donnant son équilibre et son harmonie. »

« Je fais des films pour réaliser mes rêves d’adolescent, pour me faire du bien et, si possible, faire du bien aux autres. »

« Le bonheur est la chose la plus simple, mais beaucoup s’échinent à la transformer en travaux forcés !»

« La vie a beaucoup plus d’imagination que nous. »

« Aucune femme n’est pareille. Chacune a quelque chose d’unique et d’irremplaçable. »

« La vie est dure, mais elle est belle puisqu’on y tient tellement. »

« Les femmes sont magiques… alors je suis devenu magicien. »

« Vous savez, l’amour et l’amitié, ça marche avec l’admiration. »

« Dans la vie, quand une femme te dit : “J’ai rencontré des êtres exceptionnels”, ça veut dire simplement : “Je me suis tapé un tas de types !”. »

« A quoi reconnaît-on que l’on est amoureux ? C’est très simple. On est amoureux quand on commence à agir contre son intérêt. »

« Il faut faire les petites choses comme si elles étaient grandes. »

« Le restaurant est un endroit merveilleux pour les amours commençantes, redoutable pour les couples officiels. »

« Faire un film est un acte intellectuel parce que cela implique toutes sortes de choix à faire et de décisions à prendre. C’est aussi un acte artistique parce que le goût nous dicte ces choix et ces décisions. C’est également un acte émotionnel car notre sensibilité entre en jeu et aussi notre intuition. »

« Le cinéma c’est de l’art de faire faire de jolies choses à de jolies femmes. »

« Il me semble que c’est une erreur de croire qu’un cinéaste est quelqu’un qui a quelque chose à dire. Un film de quatre-vingt-dix minutes dit beaucoup moins de choses qu’un article de journal de trois mille mots. D’autre part, la réalisation d’un film dure huit semaines (…). À cause de cette lenteur d’exécution (…), je pense que l’homme qui voudrait seulement délivrer un message urgent comprendrait vite qu’il est plus efficace pour lui de se tourner directement vers l’action sociale, politique ou vers le journalisme. »

« Je prétends même qu’un homme n’aime qu’une femme dans sa vie. Cette femme se présente à lui sous différents aspects, il y aura dix identités, mais c’est la même. Alors pourquoi changer, n’est-ce pas ? »

« Les acteurs aiment beaucoup jouer dans des cabines téléphoniques, derrière des rideaux de pluie, ils aiment qu’un obstacle s’interpose entre eux et la caméra. Ils s’abandonnent mieux car ils se sentent plus protégés. »