Les chimpanzés sont-ils nos frères ?

Septembre 2014Chimpanzés-une

La planète des singes a cartonné au cinéma cet été ; Hollywood ayant fait du roman de Pierre Boulle un filon inépuisable. Mais quels sont réellement nos liens avec les chimpanzés ? Génétiquement, ils sont les plus proches parents de l’homme. Ils utilisent une forme de langage et transmettent des éléments culturels. Sommes-nous donc si uniques ? Quels sont les éléments qui nous différencient ?

Au-delà des nombreuses similitudes anatomiques qui rapprochent de l’homme les grands singes comme les chimpanzés, les gorilles et les orangs outangs, un faisceau d’éléments nouveaux vient jeter le trouble sur la frontière, a priori infranchissable, entre le monde animal et l’espèce humaine. Les données de la génétique ont permis d’établir que le chimpanzé est notre plus proche parent.

Nos deux lignées se seraient séparées il y a environ 6 millions d’années à peine et notre génome est à près de 99% identique à celui du chimpanzé. Il existe une différence génétique plus marquée entre le gorille et le chimpanzé qu’entre ce dernier et l’homme ! Un réexamen des données anatomiques, confortées par les récents développements de la génétique (le génome du chimpanzé étant maintenant déchiffré) suggèrent fortement que les deux lignées sont issues d’un ancêtre commun, bipède. L’une serait restée ainsi, la nôtre, alors que les chimpanzés auraient évolué vers l’arboricolisme. Il est frappant de constater que les gènes des chimpanzés ont beaucoup plus évolué que ceux de l’homme au cours de ces derniers millions d’années.

Chimpanzés-Bonobo3Qu’est-ce qui pourrait alors nous différencier des chimpanzés puisque l’on sait par ailleurs qu’ils sont capables, comme nous-mêmes, non seulement de fabriquer des outils, une capacité longtemps considérée comme le sceau de l’hominisation, mais encore de faire preuve de compassion, d’entraide, d’apaiser des conflits, d’avoir une sexualité identique à la nôtre, de rire, de manifester de la sympathie, mais aussi de pratiquer le mensonge, la duperie (ils excellent !), la guerre… toutes activités considérées comme éminemment humaines. Ils ont également recours à l’hygiène et même à l’automédication, en faisant appel à une grande diversité de plantes pour soigner, et guérir, certaines des maladies infectieuses ou virales qui les affectent.

La culture ? On sait que les chimpanzés transmettent des éléments culturels à leur descendance et ces éléments culturels caractérisent, comme chez nous, leurs diverses communautés. La conscience ? Ils ont acquis la conscience de soi et quelques observations, certes limitées, laissent penser qu’ils pourraient avoir une certaine conscience de la mort. Nous sommes donc conduits à nous demander ce qui est encore véritablement le propre de l’homme. Sommes-nous si uniques…?

Des études basées sur l’imagerie du cerveau chez des sourds-muets, qui utilisent le langage des signes, nous ont fait comprendre que l’ensemble des gestes effectués au cours d’une opération plus ou moins complexe, répond à une syntaxe analogue à celle utilisée pour la communication orale. La séquence des gestes que l’on accomplit au cours d’une opération (par exemple casser une noix avec des outils, ce que sait faire le chimpanzé en milieu naturel) résulte de l’activation de certaines zones du cerveau gauche, les mêmes que celles qui commandent le langage.

Or, bien que ne possédant pas de langage articulé, le chimpanzé possède un cerveau gauche organisé d’une façon très semblable au nôtre. Ces découvertes apportent un crédit aux tentatives de communication entre les êtres humains et les grands singes. En leur apprenant la langue des signes, on s’est rendu compte que le chimpanzé pouvait acquérir un vocabulaire étendu, lui permettant notamment de manipuler la syntaxe et d’exprimer des notions abstraites ou des états d’âme.

Les dernières données génétiques, ainsi que la somme considérable d’observations réalisées dans les forêts de l’Afrique équatoriale sur diverses communautés de chimpanzés sauvages par des équipes de chercheurs, sous la direction de Jane Goodall, montrent que la frontière entre le genre humain et les deux espèces de chimpanzés, le chimpanzé commun et le bonobo, se réduit de plus en plus, si bien que se pose aujourd’hui la question de savoir s’il ne conviendrait pas de classer ces deux espèces dans le genre humain, voire de considérer que nous sommes la troisième espèce de chimpanzé…

À visiter :

La vallée des singes, un parc animalier situé à Romagne dans la Vienne et entièrement consacré aux singes, qui sont plus de 400.chimpanze-4

À voir :

Chimpanzés, documentaire de Mark Linfield et Alastair Fothergill (2012). Le projet Nim, documentaire de James Marsh (2012). Koko, le gorille qui parle, documentaire de Barbet Schroeder (1978).

À lire :

Ma vie avec les chimpanzés, Jane Goodall (en poche). Le troisième chimpanzé : Essai sur l’Evolution et l’avenir de l’animal humain, Jared Diamond (nrf, Gallimard). Aux origines de l’Humanité. De l’apparition de la vie à l’homme moderne, Pascal Picq (Fayard). Lucy et l’obscurantisme, Pascal Picq (Odile Jacob). La Préhistoire du piéton, Essai sur les nouvelles origines de l’homme, Yvette Deloison (Plon). La planète des singes, Pierre Boulle (en poche). Les animaux dénaturés, Vercors (en poche).