La compil’ d’un été en bonne compagnie

plage + pinsBRÉSILIEN, LASCIF, HÉDONISTE, FOLK

Les présentations d’abord : un barbu doux dingue, une bimbo langoureuse, un hédoniste électro, un backpacker stylé. Merci de réserver votre accueil le plus chaleureux à la joyeuse bande qui composera la bande originale de votre été. Cochée la carte postale du Brésil, grâce à Sébastien Tellier et son Aventura dont on ne dira jamais assez de bien. Ces contes d’une enfance retrouvée en terre brésilienne sont, à l’heure du Mondial de foot, ce que l’équipe de France sait produire de mieux en matière sonore. Ambitieux, foisonnant, drôle, et sensuel, ce disque l’est tout à la fois. Détour ensuite par les chardons érogènes de la bimbo Lana Del Rey qui piqueront vos veines d’un sang lascif. Produit par la moitié des Black Keys, Dan Auerbach dans son studio de Nashville, Ultraviolence, sous haute influence David Lynch, séduit comme une oasis au milieu du désert mexicain. Direction New-York, où le producteur électro parisien Joakim a posé ses synthés le temps de produire l’extatique Tropics of Love. Ce sixième album convoque le meilleur des expérimentations sonores des années 80 et 90 et invite à un voyage aussi hédoniste qu’irrésistible. Ne manquez pas, enfin, la correspondance pour Cuba, où l’Anglais Nick Mulvey a certainement mûri son merveilleux premier album First Mind. Voyageur invétérée, cet ex du collectif post-jazz latino Portico Quartet a séjourné longuement à La Havane où il a étudié les arts et la musicologie à l’université. Pas à proprement parler world, ce joyau folk s’inscrit dans la lignée des œuvres de Nick Drake, Paul Simon ou John Martyn. Un été en bonne compagnie en somme.