Xenia

TOUCHANT, DRÔLE, ÉLÉGIAQUE, PERTINENT

De : Panos H. Koutras. Avec : Kostas Nikouli, Nikos Gelia, Yannis Stankoglou

Le réalisateur Panos Koutras signe ici avec son quatrième film une véritable ode au voyage, à la liberté d’être sans le déterminisme des origines et à la fratrie. Présenté dans la catégorie Un certain regard à Cannes, Xenia s’intéresse à Danny, 16 ans, un jeune homosexuel, complètement candide face à la vie mais soumis à une situation impossible : il vient de perdre sa mère et ses origines libanaises l’empêchent d’être reconnu comme citoyen grec car dans le pays de Zeus, les droits du sang priment sur ceux du sol. Il part alors à la recherche de son frère, Odysseas, 18 ans, qui a quitté la maison depuis bien longtemps pour fuir sa vie de misère. Il cherche à le convaincre de partir à la recherche de leur père qui les a abandonnés petits. Celui-ci étant grec et non albanais, sa reconnaissance leur permettrait de rester dans le pays dans lequel ils ont grandi. Au passage, Danny rêve que son frère participe à une sorte de concours façon La Grèce à un incroyable talent afin de remporter le pactole pour pouvoir enfin vivre décemment leur vie. L’occasion pour le réalisateur de filmer un voyage à travers les paysages variés de la Grèce qui va permettre à deux frères, perdus l’un pour l’autre, de se retrouver et de former à nouveau une famille, en dépit de tout et surtout d’un monde extérieur qui ne leur reconnaît pas le droit d’être. Continuellement assimilés à des étrangers. En fond, la Grèce en crise, la Grèce qui plonge dans l’extrémisme, la Grèce homophobe. Panos Koutras distille ses réflexions au gré des pérégrinations des frangins plus touchants que vaillants. Le tout au son de Patti Pravo, une diva italienne qui fascine le tandem et qui donne des airs lyriquement kitsch à cette petite histoire incroyablement émouvante.