Hot dreams – Timber Timbre

2014 04 Musique timber TimbreENVOÛTANT, SPECTRAL, SENSUEL, VÉNÉNEUX

C’est au pays des caribous que réside le plus David Lynchéen des compositeurs. Pour s’en convaincre, se lover confortablement dans un fauteuil club, un verre de bourbon glace à la main, poser négligemment ses santiags sur la table basse, y abandonner son Stetson et fermer les yeux. Le voyage sonore peut commencer, aux confins d’un folk hanté, saupoudré, fait nouveau, d’un saxophone qui relève la sauce déjà éprouvé lors des deux précédents albums du groupe. Car pour ce 5eme album, la recette reste à peu de choses près la même. Et c’est de ce savoir-faire éprouvé que naît le charme discret d’une bande son qui se déroule sans qu’au premier abord l’on ne distingue vraiment les titres. Parfois, le rythme se fait plus martial (Curtains !, Resurrection) évoquant un kraut rock sexué ou un Nick Cave qui se prendrait pour le Elvis de Blue Moon. Le plus souvent, tel un équilibriste sur un fil tendu au-dessus du Grand Canyon, l’on avance au rythme trouble d’un mid-tempo envoûtant, aux accents Doo Wop. Et toujours, ce grain, chaleureux, de l’enregistrement qui évoque le meilleur des Tindersticks. Bande son des grands espaces, Hot Dreams définit les contours d’un paysage en forme de rêve éveillé dont, plus que tout, l’on se surprend à en différer le terme.

Hot dreams, Timber Timbre, Pias