Time – Antony Joseph

Anthony-JospehENVOÛTANT, POÉTIQUE, SOUL, VIVANT

Il en va des disques comme de la chirurgie. Certaines greffes prennent, d’autres non. Aussi, lorsque deux figures aussi solaires qu’Antony Joseph et Meshell Ndegeocello mettent en commun leur force créative au service d’un projet inespéré, réaliser en quelques jours de studio, à Paris, le nouvel album du premier, la crainte est à la hauteur des espérances. Entre le poète britanno-trinidadien, professeur à l’université de Londres, déjà auteur de 3 albums studios (et un live publié en 2013), disciple d’un afrobeat gorgé de soul, et la bassiste américaine Meshell Ndegeocello, qui, depuis 1993 et en 10 LP, creuse le sillon princier d’une musique exempte d’étiquettes, aux confins des genres (soul, jazz fusion, new wave, pop), la greffe prendra-t-elle ? Publié par Naïve, financé en partie par les internautes via le site Kiss Kiss Bank Bank, Time est un enchantement. Meshell compose et réalise pour le poète un écrin sur mesure, sur lequel il pose sa voix profonde, donnant à l’ensemble les atours d’un disque cohérent, homogène tout en restant varié. La note afro domine, les basses voluptueuses de Meshell tempèrent à merveille rythmiques et percussions, quelques touches de Fender Rhodes ici et là, les fantômes des Last Poets côtoient l’esprit de Gil Scott Heron. Alors que du 11 mars au 24 août, la Cité de la musique accueillera l’exposition Great Black Music, concept théorisé par l’Art ensemble of Chicago dans les années 60 et ferment d’une identité panafricaine, entre Amérique et Afrique, ce joyau brut arrive à point nommé pour rappeler la vitalité de ce courant et sa réinvention permanente. L’histoire de la Great Black Music est toujours en marche, et son cœur plus palpitant que jamais.
Time, Antony Joseph (Heavenly Sweetness/Naïve)