Nue

2013-12-Livre-Jean-Philippe-ToussaintMAGIQUE, ENVOÛTANT, ONDOYANT, LUMINEUX

Les beaux romans n’ont pas d’âge. On pourrait ici parler de La Chartreuse de Parme ou d’Un amour de Swann sans risquer de se tromper. Nue, quatrième tome d’un cycle qui s’est ouvert avec Faire l’amour, est l’un des plus beaux romans d’amour parus ces dernières années. Pas seulement par l’évocation de ce qui sépare ou unit Marie de Montalte et le narrateur, mais par ce qu’il donne à imaginer. Les silences et les longs moments d’attente de celui qui raconte sont à remplir de nos propres rêveries, de nos incertitudes et de nos espérances. En somme, un roman miroir.
Marie et le narrateur sont rentrés du Japon où la styliste – plasticienne présentait ses dernières et incroyables créations. Ils se séparent dans la fraîcheur d’un automne parisien. Il attend. Elle lui demande deux mois après de l’accompagner pour un enterrement, à l’île d’Elbe, où ils se sont beaucoup aimés. Le voyage est à la fois étrange et surprenant. Des retrouvailles, une atmosphère alourdie par l’incendie criminel d’une chocolaterie, il faut la plume de Jean-Philippe Toussaint, également metteur en scène et plasticien, pour que l’enchantement naisse des pièces apparemment éparses.

Nue, de Jean-Philippe Toussaint, paru en septembre 2013 (Éditions de Minuit)