Jean Nouvel

Jean-NouvelNovembre 2013

Le Grand Paris est plus que jamais dans l’air du temps, revenons sur un des architectes contemporains qui a le plus construit dans la capitale et qui continue à le faire (Philharmonie de Paris). Il est l’architecte français le plus connu à l’étranger (Pritzker Price 2008), un véritable « starchitecte » qui construit tout autour de la planète et que l’on s’arrache. Vu de France, il est connu pour ses grandes réalisations mais aussi critiqué pour ses coups de gueule intempestifs et sa supposée mégalomanie. Comme dans ses bâtiments, il y a un côté ombre et un côté lumière chez Jean Nouvel.

Que l’on s’intéresse à l’architecture ou pas, on connaît forcément le nom de Jean Nouvel. Avec Christian de Portzamparc, Dominique Perrault et quelques autres, il est l’un des plus célèbres architectes français et le deuxième à obtenir le Pritzker (“Nobel” de l’architecture). À la tête d’une agence de plus de 150 personnes, il construit aujourd’hui, tout autour du monde, musées, centres de congrès, hôtels ou tours géantes. S’il est devenu “starchitecte”, c’est au terme d’un parcours hors du commun et de bientôt quarante années de projets, de chantiers et d’engagements.

Né en 1945 à Fumel (Lot-et-Garonne), Jean Nouvel étudie à l’École nationale supérieure des Beaux-Arts où les architectes étaient formés jusqu’en 1968. Il crée sa première agence à l’âge de vingt-cinq ans. C’est avec la construction de l’Institut du Monde arabe, à Paris (1981-1987), réalisé avec Architecture Studio, que Jean Nouvel gagne ses galons. La critique architecturale s’émerveille de ce bâtiment si harmonieusement inscrit sur la courbe de la Seine et le public est fasciné par la grande façade aux moucharabiehs de fer et de verre. Un grand architecte est né, qui semble, pour le moment, réconcilier originalité de la création, qualité du bâti et plaisir de l’usager. Les projets ensuite s’enchaînent : Nemausus (logements à Nîmes, 1985-1987), Opéra de Lyon (1993), Centre des congrès de Tours (1993), Centre de culture et de congrès de Lucerne (1993-2001), Fondation Cartier (Paris, 1995), Galeries Lafayette de Berlin (1996), Cité judiciaire de Nantes (2000), extension du Musée Reina Sofia (Madrid, 1999-2005), Musée du Quai Branly (Paris, 1999-2006), Tour Agbar à Barcelone (2007)… Parmi les nombreux projets en cours, une salle philharmonique à la Villette et un “Louvre” à Abou Dhabi.Jean Nouvel 5

Pour autant, existe-t-il un “style Nouvel”, immédiatement reconnaissable, comme celui de Frank O Gehry (Guggenheim de Bilbao), par exemple ? À l’évidence, non et ce n’est pas le moindre de ses mérites de surprendre, à chaque nouveau projet, par sa capacité d’invention. Un secret ? Une vision, plutôt : “L’architecture est souvent considérée, selon la définition d’Auguste Perret, comme l’art d’organiser l’espace. Sans nier cette évidence, je préfère voir l’architecture, avant tout, comme la pétrification d’un moment de culture, comme le témoignage pérennisé des désirs, des centres d’intérêt de générations successives et tôt disparues”“Dieu est dans le détail” disait Mies van der Rohe pour rappeler que toute transcendance de la matière, que toute approche de l’esprit du lieu ne peut exister que dans la preuve de la justesse du rapport de la plus petite partie à l’ensemble. “Ce travail en profondeur sur les différentes échelles est la clé des plaisirs, des mystères des séductions architecturales…” écrivait-il en 2002, à l’occasion de la grande exposition que lui consacrait le Centre Georges-Pompidou, à Paris.

Ausculter le cas Nouvel, c’est chercher dans ses bâtiments (y compris les plus modestes comme le gymnase du Luzard à Marne la Vallée ou les HLM du 64 rue Anselme à Saint Ouen) mais aussi dans ses projets non réalisés (comme les tours Phare et sans fins à La Défense ou le Grand Stade à Saint Denis), ses images, ses discours, les outils et les couleurs pour tenter un portrait plus nuancé que celui de l’architecte star tout de noir vêtu. Une quêteJean-Nouvel-Tour-Horizons pas si évidente car, plus sa notoriété augmente, plus l’homme, à la fois adulé et attaqué avec virulence, est entouré d’écrans.

Jean Nouvel, c’est le génie, un “grand architecte” d’aujourd’hui, mais ce sont aussi les polémiques, les plaintes des usagers, le goût de l’esclandre. Car l’homme est engagé et le fait savoir,  comme en 2000, quand il part en croisade contre la destruction des usines Renault sur l’Île Seguin : “Boulogne assassine Billancourt” s’écrie-t-il dans Le Monde. Il n’hésite pas à s’associer à de grands intellectuels (comme Jean Baudrillard) pour développer une pensée qui excède le cadre de l’architecture et s’intéresse à la ville, à la politique, à la société. Il propose—ou impose ?— sa vision de ce que doit être aujourd’hui un musée, une salle de spectacles, un logement… Son succès aurait rendu ses nouveaux bâtiments moins intéressants, selon les plus critiques, alors que d’autres célèbrent sa longévité, sa capacité à se renouveler et à créer toujours et encore de nouveaux “concepts”, son refus de “faire du Nouvel”.

Jean Nouvel, c’est qui, finalement ? Un architecte ? Un tribun ? Un intellectuel ? Un artiste ? Et si son génie était justement d’être tout cela à la fois ?

Quelques idées de loisirs

À lire :

Jean Nouvel, catalogue de l’exposition au Musée national d’art moderne-Centre Georges-Pompidou, 2002. Jean Nouvel : Les objets singuliers, Jean Baudrillard, Jean Nouvel, Paris, Calmann Lévy, 2000.

À regarder :

Nemausus : une HLM des années 80, collection “Architectures”, Arte vidéo (1,99 € sur www.artevod.com). Pour le même prix, 30 % de superficie en plus : une véritable révolution dans l’architecture.

Jean Nouvel 2À visiter :

L’Institut du Monde arabe. Expositions, bibliothèque, librairie et terrasse panoramique avec l’un des plus beaux points de vue sur Paris. La Fondation Cartier pour l’art contemporain, célèbre pour son mur où les arbres semblent prisonniers du verre. Le Musée du quai Branly, dernier bâtiment en date livré par Jean Nouvel dans la capitale. La polémique est un peu retombée (sur la conception même du musée) et en plus les visiteurs sont bien là. La Tour Horizons, sur l’île Séguin, à Boulogne-Billancourt, après de nombreux projets globaux pour l’ensemble de l’île qui n’ont pas vu le jour, Jean Nouvel a emporté le concours pour cette tour particulièrement originale. Prochainement : La Philharmonie de Paris (Parc de la Villette).