One Breath – Anna Calvi

2013-oct-musique-4SENSUALITÉ, PROFONDEUR, CHALEUR, TROUBLE

C’était il y a deux ans. Son nom aux résonances corses se murmurait sur toutes les lèvres, avec l’évidence de tenir là un vrai talent, et non la nouveauté anglaise du moment. On décrivait son univers comme la rencontre de PJ Harvey, Jeff Buckley et David Lynch. On se ruait à ses concerts, qui voyaient ce petit bout de femme aux yeux verts incandescents maltraiter sa guitare, perchée sur des talons aiguilles rouges. D’Anna la blonde, l’on ne pouvait être que séduit. Revoilà aujourd’hui la Calvi, à l’épreuve d’un second disque, One Breath (Domino/Sony), qui, sans marquer de véritable cassure avec son prédécesseur, marque un apaisement manifeste. Les silences s’y font plus profonds, les envolées de cordes luxuriantes. Des touches d’orgue donnent ici et là une couleur parfois troublante d’étrangeté. En mineur, quelques effets synthétiques adoucissent la rugosité live de l’ensemble. Et toujours ces chœurs lyriques qui viennent appuyer la sensualité d’une voix indomptée. Rêvait-on meilleur second disque ?